Le nuage qui parlait

PROJET ARTISTIQUE, COLLABORATIF ET PARTICIPATIF, DEPUIS 2011

 

LE NUAGE QUI PARLAIT/ THE CLOUD WHO SPOKE

En cours, extraits / In progress, extracts

Entre 2011 et 2013, à Saint Denis en Ile de France, Yo-Yo Gonthier a construit, avec près de deux cents participants, une structure volante de 8 m de long dénommé Le nuage qui parlait. Partant la notion d'engagement, des paroles ont été récoltées et certaines furent brodées sur l'aérostat, d'autres ont résonné pour la première fois dans l'installation sonore de Corsin Vogel et Marie Guéret, dans la Salle de Légion d'Honneur à Saint-Denis, en avril 2013. Depuis, le "Nuage" poursuit son voyage, il a ressurgit en 2013 à l'île de la Réunion, en 2015 à Pierrefitte-sur-Seine et à Abidjan en Côte d'Ivoire. En 2016, il est apparu sur le fleuve Niger à Niamey, la ville natale de Yo-Yo Gonthier.

Between 2011 and 2013, in City of Saint-Denis, France, Yo-Yo Gonthier built a eight meters long flying structure with mysterious messages embroidered. After flying through the streets of the city, the UFO lets us hear dreams and thoughts caught during his journey. By staging an amazing and enveloping sound, we invite you to discover the history of the "embroidered cloud", captured april 6, 2013 in Saint-Denis, France. The project still in progress. The cloud who spoke emerged in Réunion island in 2013, in Abidjan Ivory Cost, in 2015 and in Niamey, on the river Niger where was born Yo-Yo Gonthier.


Les performances :

 La capture, 6 avril 2013, Saint-Denis, Seine Saint-Denis, photographies de : Sylvain Duffard 

Vol de nuit, 14 septembre 2013, Saint-Denis, Ile de La Réunion, photographies de : Nelson Navin 

La pluie, 20 juin 2015, Pierrefitte, Seine Saint-Denis photographies de : Sylvain Duffard

L'empreinte, 4 juillet 2015, Abidjan, Côte d'Ivoire, photographies de : François-Xavier Gbré

La traversée, 23, 24 novembre, 2016, Niamey, Niger, editing et montage en cours

 

images/stories/site_yoyo/performances/sdsd_09w.jpg

 

images/stories/site_yoyo/performances/sdsd_07w.jpg

La capture, 6 avril 2013, Saint-Denis, Seine Saint-Denis, photographies de : Sylvain Duffard

 

 

images/stories/site_yoyo/performances/nuage_run_16.jpg

 

images/stories/site_yoyo/performances/nuage_run_13.jpg

 

images/stories/site_yoyo/performances/nuage_run_18

Vol de nuit, 14 septembre 2013, Saint-Denis, Ile de La Réunion, photographies de : Nelson Navin

 

images/stories/site_yoyo/performances/sdp_01w.jpg

 

images/stories/site_yoyo/performances/sdp_14.jpg

 

images/stories/site_yoyo/performances/sdp_15.jpg

La pluie, 20 juin 2015, Pierrefitte-sur-Seine, France, photographies de : Sylvain Duffard

 

 

images/stories/site_yoyo/performances/fx_06.jpg

L'empreinte, 4 juillet 2015, Abidjan, Côte d'Ivoire, photographies de : François-Xavier Gbré

 

Videos :

images/stories/site_yoyo/sequences/procession.png

 

images/stories/site_yoyo/sequences/capture.png

 

images/stories/site_yoyo/sequences/empreinte.png

Trois vidéos réalisées par La proie pour l'ombre durant la performance L'empreinte à Abidjan, Cote d'Ivoire

 

"Le travail de Yo-Yo Gonthier est librement inspiré par l’exploration, la conquête, les découvertes et le voyage physique et fantasmé. A travers le film, le dessin, la gravure, la photographie, ses recherches et ses performances, il invite à une lecture historique des formes et des sujets universels. Le nuage qui parlait commence par un atelier de création participatif, et prend finalement son envol, amassant les rêves d’hommes. Il imprime en lui le passage et la rencontre, le lieu et la confidence. Dans l’action et la symbolique, le formel conduit à repenser la place du rêve ici et maintenant, dans sa répétition et sa traversée en différents points géographiques. Yo-Yo Gonthier est un compositeur, de lignes, de sens, de sons, la matérialité de son travail en résulte. D’un objet gravé, apparait une empreinte sur papier, il est photographié, épinglé. La reproductibilité atteste d’un retour à l’essence d’une forme."

Julie Diabira, Galerie Cécile Fakhoury, Abidjan, Côte dIvoire, 2015.

 

images/stories/site_yoyo/performances/nuage_niamey_goudel_01

 

 

images/stories/site_yoyo/performances/nuage_niamey_goudel_04

 

images/stories/site_yoyo/performances/nuage_niamey_goudel_03

La traversée, performance, 23 et 24 novembre 2016, Niamey, Niger (post production en cours)

 

- "Les conditions météorologiques ont de quoi surprendre le samedi 6 avril au matin, quartier Sémard de Saint-Denis. « Ciel bleu. Température basse. Soleil brillant. Un nuage » Un seul ? Oui, mais pas comme les autres. Et sacrément près du sol en plus. À tel point que les enfants, nombreux, courent en tous sens déguisés en spationautes. Proche du stratocumulus, le nuage se promène dans les rues, suivi par la foule, émerveillée. « C’est un faux, mais c’est un vrai, cligne de l’œil Keryann, en CE2 à l’école Roger-Sémat. Il a été fabriqué et il a des pouvoirs : il peut attraper les rêves des gens. »

Long de huit mètres, composé de trois sphères gonflées à l’hélium, il a été conçu dans l’atelier de Yo-Yo Gonthier, premier artiste en résidence au Centre technique municipal depuis février 2012. « Il s’agit d’une démarche participative autour du rêve et de l’imaginaire. On y mêle différents publics : les habitants du quartier, des étudiants de Paris 8, quatre classes de Sémard et Sémat, l’école municipale d’arts plastiques Gustave-Courbet, l’académie Fratellini… », précise le photographe-plasticien. Les arts sont aussi mélangés, les ateliers de création allant du dessin à la broderie.

« Des pensées sont cousues sur le nuage. Ce sont celles des habitants qu’il capte. Nous avons enregistré plus de 150 personnes qui s’exprimaient sur la notion d’engagement. Cela donnera lieu à une exposition sonore, le 26 avril salle de Légion d’honneur, baptisée Le nuage qui parlait. »

Capturé, l’OVNI en question sera bien sûr de la partie. Samedi dernier, il s’est parfois envolé haut dans le ciel, lumineux, laissant croire qu’il rejoignait les siens. Mais les chasseurs grimés de la planète Zaga ont réussi à le prendre dans leur filet, au grand bonheur des enfants. Mimant la marche en apesanteur, ils se sont rassemblés autour pour le toucher. « On va le libérer un jour »,promet l’un d’eux. « Non, on va le donner au musée du Louvre », tranche un autre.

En attendant, l’aérostat sera présent le samedi 13 avril au parc de la Légion d’honneur pour la Fête des tulipes. Après l’été, un film sur le projet sera également diffusé, pour conclure en beauté une démarche coordonnée par l’action culturelle de la Ville. « Cela entre dans le cadre de la rénovation urbaine du quartier. On a souvent fait des choses terre à terre et réalistes. Ce qui m’a plu ici, c’est justement d’aller vers l’évasion et la poésie, qui apporte beaucoup au quotidien », note la responsable Marie-Sophie Amasse."

« L’idée est venue avec la sonde Voyager, qui a emporté des messages symboliques de l’humanité dans l’espace en 1977 », indique l’artiste Yo-Yo Gonthier. Le nuage du quartier Sémard, créé avec les habitants, a déambulé dans les rues de la ville le 6 avril, absorbant les rêves et les pensées sur son parcours. Capturé, il est présenté depuis le 25 avril salle de la Légion d’honneur, et transmet à qui sait voir et écouter l’imaginaire recueilli.

Intitulée Le nuage qui parlait, l’exposition fait la part belle au cumulus. Retenu par des cordes et un filet, il reste aérien et s’empare de l’espace. De la fumée s’échappe parfois et renforce l’atmosphère mystérieuse du lieu. En lévitation, l’aérostat diffuse à la verticale via des haut-parleurs les messages d’une centaine d’habitants, enregistrés sur la notion d’engagement. Les créations sonores de Corsin Vogel et Marie Guéret passent aussi de la pluie au bruit du vent, de coups de tonnerre à des tonalités plus douces.

Autour, la genèse entière du projet est racontée. Les maquettes du nuage, des gravures de dirigeables, les photographies des ateliers et de la déambulation, des clichés d’ovni, des costumes de chasseurs de nuage, la fresque réalisée en plein air par des enfants avant l’envol… Initié avec le soutien de la Ville il y a deux ans, l’ambition étaitinviter à rêver autour de la mutation du quartier Sémard, sous un jour poétique.

Environ 200 personnes, Dionysiens, étudiants à Paris 8, enfants de Sémard et Sémat, l’école municipale d’arts plastiques Gustave-Courbet et l’académie Fratellini ont songé et mis la main à la pâte pour la fabrication du beau blanc.

En s’approchant du captif pour découvrir ses secrets, on aperçoit de nombreuses pensées brodées sur sa peau. « Je vois un rêve vivant », dit l’une. « La vie est un conte de fée qui perd ses pouvoirs lorsque nous grandissons », répond l’autre… C’est peut-être pour y remédier que le projet a été lancé.

L’aventure n’est d’ailleurs pas terminée puisqu’un film viendra la compléter à la rentrée. Le nuage, lui, a encore de beaux jours devant lui. « Il va voyager, ça c’est sûr. Je ne sais pas encore où, mais il va voyager », assure Yo-Yo.

L’idée est venue avec la sonde Voyager, qui a emporté des messages symboliques de l’humanité dans l’espace en 1977 », indique l’artiste Yo-Yo Gonthier. Le nuage du quartier Sémard, créé avec les habitants, a déambulé dans les rues de la ville le 6 avril, absorbant les rêves et les pensées sur son parcours. Capturé, il est présenté depuis le 25 avril salle de la Légion d’honneur, et transmet à qui sait voir et écouter l’imaginaire recueilli.

Intitulée Le nuage qui parlait, l’exposition fait la part belle au cumulus. Retenu par des cordes et un filet, il reste aérien et s’empare de l’espace. De la fumée s’échappe parfois et renforce l’atmosphère mystérieuse du lieu. En lévitation, l’aérostat diffuse à la verticale via des haut-parleurs les messages d’une centaine d’habitants, enregistrés sur la notion d’engagement. Les créations sonores de Corsin Vogel et Marie Guéret passent aussi de la pluie au bruit du vent, de coups de tonnerre à des tonalités plus douces.

Autour, la genèse entière du projet est racontée. Les maquettes du nuage, des gravures de dirigeables, les photographies des ateliers et de la déambulation, des clichés d’ovni, des costumes de chasseurs de nuage, la fresque réalisée en plein air par des enfants avant l’envol… Initié avec le soutien de la Ville il y a deux ans, l’ambition étaitinviter à rêver autour de la mutation du quartier Sémard, sous un jour poétique.

Environ 200 personnes, Dionysiens, étudiants à Paris 8, enfants de Sémard et Sémat, l’école municipale d’arts plastiques Gustave-Courbet et l’académie Fratellini ont songé et mis la main à la pâte pour la fabrication du beau blanc.

En s’approchant du captif pour découvrir ses secrets, on aperçoit de nombreuses pensées brodées sur sa peau. « Je vois un rêve vivant », dit l’une. « La vie est un conte de fée qui perd ses pouvoirs lorsque nous grandissons », répond l’autre… C’est peut-être pour y remédier que le projet a été lancé.

L’aventure n’est d’ailleurs pas terminée puisqu’un film viendra la compléter à la rentrée. Le nuage, lui, a encore de beaux jours devant lui. « Il va voyager, ça c’est sûr. Je ne sais pas encore où, mais il va voyager », assure Yo-Yo.

Aurélien Soucheyre, Journal de Saint-Denis, France, 9 mai 2013

 

Paroles d'engagés, installation sonore

Une installation sonore de Marie Gueret, Corsin Vogel et Yo-Yo Gonthier. Ecouter les paroles des participants autour de la notion d'engagement. Six parties diffusées simultanément accompagnées par la performance sonore de Corsin Vogel, salle de Légion d'honneur, Saint Denis, 2013.

images/stories/site_yoyo/portfolio/le_nuage_qui_parlait/nuage21.JPG

 ECOUTER LES VOIX DES PARTICIPANTS :

images/stories/site_yoyo/musiques/lenuage

 

LA FAMILLE DU NUAGE :

2011-2013, En île de France, à Saint-Denis :

Les entretiens sonores sur la notion d’engagement : Peggy Delery, Corinne Lacroix, Justine Rossetti, Sabrina Ben Hadj Ali, Eli Rozier, Aline Chapet-Battle, Pauline Barboux, Jeanne Ragu, Arthur Sidoroff, Jessica Martin, Coline Froidevaux, Mireille Duigou, Michelle Gally, Eliane Bezaud, Hélène Milan, Samira Benhaida, Christelle Montgolfier, Roselyne Le Floch, Michel Maximin, Olivier Sery, Mike Barcellino, Malika Chemmah, Fathia Cherfa, Sadia Souissi, Ouahiba Sadaoui, Nouria Ouedda, Thierry Jozé, Chantal Ligeour, Saimir (La voix des Roms), Léo Sanchez, Stéphane, Amel Dahmani. Sabrina Reffad (CE2) École élémentaire Pierre Sémard : Maëlle Abid, Sofia Bassim, Kenza Benbihi, Hamza Boukarnia, Salihou Camara, Rayan Chebihi, Délia Daunay N’Douri, Asheley Dos Santos Tavares, Syrine Elbeji, Alexya Emboule, Johana Jules, Ramata Keita, Mohamed Lahiani, Emma Lecointre, Alycia Lecorre, Kenza Marzouk, Laura Martineau, Oumar N’Diaye, Nhu Duc N’Guyen, Bilel Saadi, Lalya Sidibe, Foued Terniche, Cheikné Traoré, Soukayna Ziani, Patricia Patole. Rachida Amarat (CM2) École élémentaire Pierre Sémard : Ange Abner, Attigui Hafida, Bamba Modi Kévin, Chenkaoui Bilel, Coudert Tom, Essoulimani Anass, Essoulimani Nawel, Farnoll Kenzi, Fellahi Leïla, Issaadi Shaima, Kholkhal Rihab, Kuzuku Sevcan, Lahyani Wassim, Mansour Doha, Mavuidi Prémina, Nyamoah Grace, Saint-Ruf Jahlale, Sidibe Koumba, Tebibi Yaguine, Vova Mazeza Havelli, Zerarti Rezki. Thibaut Joudrier (CE2) École élémentaire Semat : Aissaoui Dounia, Amba Kelya, Benzerra Bilal, Bikoko Schirelle, Blotin Maeva, Boulanouar Chimène, Boumaiza imen, Brahimi mohamed, Cardoso Djanice, Chalal Massiva, Cimen Suleyman, Dinis Elssy, Ihklef Lyana, Khalfi Houari, Lottin Keryann, Moueddene Assia, Ouaddah Dalil, Raymond Kesline, Saiti Edina,, Tian Sio Po Ambre, Zriouel Walid. Guillaume Beloeil (CM1) École élémentaire Semat : Shaïma Aissaoui, Assia Amhammed, Lyes Ami Saada, Alexandra Areias, Djilali Benfreha, Myriam Cheikh, Sofia De Oliveira, Bétina Derise, Sarah Epee N’Songo, Lino Firad, Nora Habbaz, Nour Hafiane, Yasmine Hennous, Dounia Kada, Aboussetou Konte, Mélissa Koumad, Séphora Maleso, Sarah Malhous, Sami Medjber, Jean-Joseph Ovilpre, Kevin Rasolorivelo, Soumia Yousfi.

La Fabrication du Nuage, du filet et des accessoires de la performance La capture et de l’installation Le Nuage qui parlait : Mickaëlle Guillemot, Corinne Lacroix, Justine Rossetti, Nina Cholet, Mélody Paryse, Jacob Duran, Sabrina Ben Hadj Ali, Mireille Duigou, Michelle Gally, Eliane Bezaud, Hélène Milan, Samira Benhaida, Jacob Duran, Florence Billot. La fabrication des costumes des chasseurs de nuages : Thierry Jozé, Valérie Assirvaden-Servoz avec les élèves : Warren, Louna, Nandie, Léa, Morgane, Viviane.

Les broderies : Nina Cholet, Corinne Lacroix, Michelle Ley, Mireille Duigou, Michelle Gally, Eliane Bezaud, Hélène Milan, Samira Benhaida, Mickaëlle Guillemot, Justine Rossetti, Nina Cholet, Mélody Paryse, Christelle Montgolfier, Briitte Daudu, Mariue Guéret, Charlie Gonthier, Peggy Delery, Amel Dahmani, Vanessa Trevisiol, Gloria Mataix, Yo-Yo Gonthier,les enfants d’Artis Multimedia ont aussi brodé : Cherfa Amin, Cherfa Zahra, Cherfa Imene, Sadaoui Inès, Sadaoui Fatima…

Vertige, photographies de Yo-Yo Gonthier sur l’engagement des jeunes artistes de cirque à l’Académie Fratellini : Sabrina Ben Hadj Ali, Eli Rozier, Aline Chapet-Battle, Pauline Barboux, Jeanne Ragu, Arthur Sidoroff, Jessica Martin, Coline Froidevaux, Matias Pilet, Alexandre Fournier, Nathalie Dongmo, Mathieu Rouquette, Chloé Gardiol, Mariotte Parot.Ateliers artistiques au ctm et à l’ Ecole d’art Gustave Courbet : Peggy Delery, Christine Raucourt, Michel Aksentievitch, Valérie Assirvaden-Servoz, Isabelle Jousset, Corinne Lacroix, Vanessa Trevisiol, Raluca Vlad, Evelyne Henrard, Cécile Detrez. Perrine Leclere-Bailly, scénographe invitée. Avec Justine Rossetti, Florent Meyer, Martine Baraud, Marie-Christine Puzzuoli. Nina Cholet, Mélody Paryse.

Les objets volants réalisés avec Isabelle Jousset à l'école d'art : Gabriel BÂ, Dorian de la fuente, Rana Dris, Sajia Elahmadi, Bilal Ydjedd, Rasha Boumediene, Ophélie Laro, Emma minicuci, Imane Herrag, Yelem Lamy, Marcos Ferreira, Marie Recayte, Yousra Azizy, Polina Blagova, Alexis Castanet, Olivier francois, Alexandre Mpandzou, Elodie Salomon, Johanne Saraiva, Laëtitia Adli, Läetitia Caravias, Claire Mikla, Imane Hsine, Maële, Jousselin, Dylan Paven, Léo Meunier, Lana Serani.Réussite éducative Ville de Saint-Denis, Nabila Talbi. Les enfants : avec Zénaba Koita, Ali Niakaté , Makan Niakaté, Fouad Saïd.

Atelier dessin, peinture, encre de chine : Claude Vaissier, artiste associé. : École élémentaire Pierre Sémard, Sabrina Reffad CE2 et ses élèves : Maëlle Abid, Sofia Bassim, Kenza Benbihi, Hamza Boukarnia, Salihou Camara, Rayan Chebihi, Délia Daunay N’Douri, Asheley Dos Santos Tavares, Syrine Elbeji, Alexya Emboule, Johana Jules, Ramata Keita, Mohamed Lahiani, Emma Lecointre, Alycia Lecorre, Kenza Marzouk, Laura Martineau, Oumar N’Diaye, Nhu Duc N’Guyen, Bilel Saadi, Lalya Sidibe, Foued Terniche, Cheikné Traoré, Soukayna Ziani, Patricia Patole. École élémentaire Pierre Sémard, Rachida Amarat et ses élèves  CM2 : Ange Abner, Attigui Hafida, Bamba Modi Kévin, Chenkaoui Bilel, Coudert Tom, Essoulimani Anass, Essoulimani Nawel, Farnoll Kenzi, Fellahi Leïla, Issaadi Shaima, Kholkhal Rihab, Kuzuku Sevcan, Lahyani Wassim, Mansour Doha, Mavuidi Prémina, Nyamoah Grace, Saint-Ruf Jahlale, Sidibe Koumba, Tebibi Yaguine, Vova Mazeza Havelli, Zerarti Rezki. École élémentaire Semat, Thibaut Joudrier CE2 et ses élèves : Aissaoui Dounia, Amba Kelya, Benzerra Bilal, Bikoko Schirelle, Blotin Maeva, Boulanouar Chimène, Boumaiza imen, Brahimi mohamed, Cardoso Djanice, Chalal Massiva, Cimen Suleyman, Dinis Elssy, Ihklef Lyana, Khalfi Houari, Lottin Keryann, Moueddene Assia, Ouaddah Dalil, Raymond Kesline, Saiti Edina,, Tian Sio Po Ambre, Zriouel Walid. École élémentaire Semat, Guillaume Beloeil et ses élèves : CM1 : Shaïma Aissaoui, Assia Amhammed, Lyes Ami Saada, Alexandra Areias, Djilali Benfreha, Myriam Cheikh, Sofia De Oliveira, Bétina Derise, Sarah Epee N’Songo, Lino Firad, Nora Habbaz, Nour Hafiane, Yasmine Hennous, Dounia Kada, Aboussetou Konte, Mélissa Koumad, Séphora Maleso, Sarah Malhous, Sami Medjber, Jean-Joseph Ovilpre, Kevin Rasolorivelo, Soumia Yousfi.

La capture, performance, 6 avril, les acteurs : Thierry Jozé (mise en scène), Amir, Cécile Dervieux, Camille Coupez, Laurène Folleas, Mélody Paryse, Sabrina Ben Hadj Ali, Eli Rozier, Vanessa Trevisiol, Régie Technique Anthony Caruana. Atelier photographie, vidéo et film  : Mélody Paryse, Nina Cholet, Florent Meyer, Justine Rossetti, Camille Bialetowski, Martine Barraud, Sylvain Duffard. Remerciements : Je remercie tous les participants ainsi que toutes les personnes qui ont soutenu et accompagné ce projet : La Ville de Saint-Denis , Direction de la culture : Laurence Dupouy Veyrier, Marie Sophie Amasse, Clémence Martorello, Amel Dahmani. L’école d’art Gustave Courbet : Peggy Delery, Christine Raucourt. La régie technique : Anthony Caruana. La communication : Olivier Faure. Nabila talbi, Réussite éducative. Florence Margueritte, Fête des Tulipes. Nadia Merakchi, Fatima Mhamed, Maison de quartier Semard . Mélanie Thomas, Espaces publics. Marie Leroy, Elise Herting de la Mission droits des femmes. Cendrine Debant, Plaine Commune Habitat. Jérôme Ymonnet, Plaine Commune Habitat, les gardiens du quartier Sémard. À l’inspection académique : Brigitte Sztulcman et Pascal Meny. David Chesneaux, Dubrac TP, pour le transport du Nuage. Florence Themia radio Déclic. Artis multimedia : Rachida Hamdame, Wahiba Nif, Elodie Ducap. Stéphane Jung, Ivan, Joseph de l’ Association Canal, Valérie Fratellini, Serge N’Guyen de l’Académie Fratellini, Stéphane Repéré, Maurice Dorge du Centre Technique Municipal pour leur accueil, Boris Spire au cinéma L’écran à Saint-Denis.

 

2013, A l'île de La Réunion :

Lors du Festival By Night avec la participation de l'association Courants d'art : Diana Madeleine, Sandya Sistac, Fanny Vidal, Thomas Neyhousser, Nathalie Gonthier et l'équipe du Nuage Réunion : Nelson Navin (photographies), Olivier Angibot, Eddy Damour, Regis Gravant, Louison Koontao, Samuel Lebret, Mounir Allaoui, Cathy Cancade, Arkane Hassani, Alice, Lena et la classe de 4ème X du collège Juliette Dodu : Léon, Dylan, Fabien, Emmy, Zoé Léa, Mathilde, Thomas, Cassandre, Emilie, Alexandre, Stellio, Nino et leur professeur d'Arts plastiques Sandra Chabalier, un grand merci aussi pour le soutien musical "cuivré" d'Etienne Flochon et ses acolytes inspirés.

 

2015, A Abidjan, Côte d'Ivoire :

Un immense merci à vous pour cette merveilleuse aventure vécue ensemble : Cécile Fakhoury, Julie Diabira, François-Xavier Gbré, Safia Amadou, Sadikou Yaya, Maho Damey, Landry Kpetche, Sandrine N'cho, Asnat Kouamé, Fabrice Ange Arthur Koua, Alberic Carmel Kouassi, Kouadio Paterson Kofi, Assoukou S Blazi, Yéanzi, Essoh Sess, NemlinSerge, Richemond Nguessan, Paulin Mominé, Marc Leonce Yao, Kouamé, Cloé Angoran, Amira Aboukheir, Ludovic Gnepassé, Herman Yaba, Kafana Soro, Eline Arnaud, Marie Ange Astain, Philippe Ekra, Sonia, Valérie et tous les enfants des Livres pour tous d'Adjamé et de Treichville ! 

2016, à Niamey, Niger :

Au CCFN Jean Rouch à Niamey, je voudrais remercier toute l'équipe du Centre Cultrel Franco Nigérien, en particulier Olivia Marsaud sans qui ce projet n'aurait pas eu lieu, Aliou Ousseini (régie CCFN), Frederic Pechot au montage (CCFN), Ambarka Hassane (assistant CCFN), la "dream team" artistique nigérienne : Rahina Balarabe Idi, conteuse, Fiac Sy, chanteur et comédien, Edouard Lompo, écrivain et metteur en scène, Jhonel, slameur, Sani Djibo, bédéiste, Fatouma, plasticienne (Conservatoire des arts de Bamako), Carole Durel (peintre), Imadan Barba (étudiant), Aliou Ousseini (régie CCFN), Frederic Pechot au montage (CCFN), Aziz Kountche (Africa Drone Service),  Lassissi (slammeur), Les piroguiers de la Pillule, les habitants de Goudel et de Niamey qui ont participé aux deux performances le 23 et 24 novembre.

 

images/stories/site_yoyo/portfolio/le_nuage_qui_parlait/nuage11.jpg
La capture, 6 avril 2013, Saint-Denis, Seine Saint-Denis, photographies de : Sylvain Duffard