L'éclat fantastique

Yo-Yo Gonthier, L'éclat fantastique, exposition personnelle, Installation, projections, Médiathèque du Saint-Gaudinois, Chapelle Saint-Jacques Centre d'at contemporain, Saint-Gaudens, 9 mars - 28 avril 2018.

images/stories/site_yoyo/expositions/photos_install/leclat_01

 

images/stories/site_yoyo/expositions/photos_install/leclat_02

 

 

 

 

 

 

images/stories/site_yoyo/expositions/photos_install/leclat_08

 

images/stories/site_yoyo/expositions/photos_install/leclat_10

 

images/stories/site_yoyo/expositions/photos_install/leclat_11

 

Yo-Yo Gonthier, L'éclat fantastique, exposition personnelle, Médiathèque du Saint-Gaudinois 9 mars - 28 avril 2018.
 
 Les terrains d’expérimentation de Yo-Yo Gonthier sont tout à la fois des Zones de lumière, des affleurements de sons, des échos. Baignés d’étrangeté, les mystères distillés sous nos yeux restent suspendus. Proches des territoires de l’enfance, ils appellent les souvenirs, ceux des cabanes, ceux des fusées qui foncent vite dans le ciel.
De photographies en dessins, au gré des carnets, le mouvement de caméra s’installe. L’impact cinématographique frappe. L’œuvre chaloupe sur des instantanés pio- chés tout droit dans nos souvenirs.
Alors, on aime à se perdre au fil des projets, des mots et des images dont on pressent les bruissements et des tonalités singulières. Ici, les apparitions de dinosaures tout près des machines volantes où s’adossent de petits personnages crayonnés en quête d’absolu, là les photographies de bâtiments seuls telles des apparitions éclairées. Tout ce monde défile sous nos yeux, et, à la faveur de nos imaginaires, on se refait une toile : Le voyage dans la lune de Georges Meliès (1902), Interstellar de Christopher Nolan (2014), Aguirre ou la colère de dieu de Werner Herzog (1972), The Lost City of Z de James Gray (2017), Tarzan de W. S. Van Dyke (1932), Little Nemo de Winsor McCay (1905). S’invite de page en page, le rêve comme un éclat fantastique. Il se joue dans ce travail, un art du décalage qui initie au voyage dans le temps. Le spectateur se surprend à vivre un état de rêve éveillé. Cette systématique investigation de petites zones peu sûres nous fait effleurer la réalité d’un cosmos, l’espace d’un court instant. Un fragment de merveilleux. Valérie Mazouin, directrice de La Chapelle Saint-Jaques, Centre d'Art contemporain, Saint-Gaudens.