Biographie 

  
Yo-Yo Gonthier est né en 1974 à Niamey, Niger. il vit et travaille à Carbonne, France.    C.V : Rencontres de     Bamako 09
 
Photographe plasticien, il questionne l’effacement de la mémoire dans une société occidentale où la vitesse, le progrès et la technologie semblent être les valeurs essentielles.
En 2004, il publie Les lanternes sourdes, chez Transphotographic press. Il s’intéresse aussi aux réminiscences de la culture coloniale en France dans le projet Outre-Mer, nominé au Prix Kodak de la Critique Photographique en 2005 et dont il expose en 2012 le quatrième volet lors de La Triennale, Intense proximité au Palais de Tokyo et à Bétonsalon, à Paris, France.
Son travail a été exposé dans de nombreux musées et festivals en France et à l'étranger. Parc de la Villette, Paris ; Fotomuseum, Anvers ; Museum of the African Diaspora, San Francisco ; Centre de Culture Contemporaine de  Barcelone ; Sala Rekalde, Bilbao ; Market Photo Workshop Gallery, Johannesbourg ; Lianzhou International Photo Festival, Guangzhou ; Biennale de la photographie, Antanarivo ; Rencontres africaines de la photographie, Bamako ; Addis Foto Fest, Addis Abeba ; Biennale de Dakar ; Nuit blanche, Paris ; Musée National de la Marine. Il est présent notamment dans les collections la Bibliothèque Nationale de France ; du Fond Régional d’Art Contemporain de l’île de la Réunion ; Collection départementale d'art contemporain de la Seine Saint Denis ; Centre National de l’Estampe et de l’Art Imprimé.
 
Depuis 2011, il construit des projets collectifs artistiques et participatifs. Ainsi, il fait intervenir près de deux cents personnes sur la construction d’un aérostat de huit mètres de long, Le Nuage qui parlait, qui sera exposé à Abidjan, en 2015, durant la performance L’empreinte, prologue à l’exposition collective Présences à la Galerie Cécile Fakhoury. La même année, sa série Pieds de bois est présentée dans l'installation in situ À Découvert durant les 10e Rencontres africaines de la photographie à Bamako. En 2016, Le nuage qui parlait réapparait à Niamey, sur le fleuve Niger, durant la performance La traversée avec le soutien du CCFN et de nombreux habitants.
 
En 2017 Il crée avec François-Xavier Gbré le projet collaboratif La Cour et réactive durant plusieurs mois l'ancien cinéma El Hillal à Medina Coura, Bamako, Mali. En Occitanie, Il initie le projet Les vivants durant la résidence de création, à la Chapelle Saint-Jacques Centre d’art contemporain, où il met en place un atelier de création pluridisciplinaire.
 
En 2018, au Grand Palais, à Paris, le projet La cour et le film Une éclaircie sont séléctionnés à Paris Photo, avec la Galerie Cécile Fakhoury. 
 

Yo-Yo Gonthier was born in 1974, in Niamey, Niger. He lives and works in Carbonne, France.

As a visual artist, Yo-Yo Gonthier focuses the object of his research on the erasure of memory in a Western world wherein the essential values seem to be speed, progress and technology.

In 2004, he publishes Les lanternes sourdes at Transphographic press. He is also interested in the reminiscences of France’s colonial past in the Outre-Mer project, nominated for the Prix Kodak de la Critique Photographique in 2005 and presented in 2012 during La Triennale, Intense Proximi- té at Palais de Tokyo and Bétonsalon, Paris, France.
In 2009, his work is shown in the exhibition Kréyol Factory at La Villette, Paris, France. He par- ticipated in the 6th and 8th Rencontres photographiques, Biennial for African Photography in Bamako, Mali. In 2010, he was invited to coordinate a project mixing photography, sound and live music for the first edition of the Addis Foto Fest, in Addis Ababa, Ethiopia.

Since 2011, Yo-Yo Gonthier leads collective, artistic and participative projects. In 2013, he gathers two hundred people in the construction of an eight meters long airship named Le nuage qui parlait. In 2015, Le nuage qui parlait continues its journey in Abidjan, Ivory Coast with the per- formance L’empreinte (The Trace), a prologue to the group exhibition Présences at the Galerie Cécile Fakhoury – Abidjan. The project continued with an invitation of the Franco-Nigerian cultu- ral center of Niamey. His series Pieds de bois (Wooden Feet) is presented during of the 10th Rencontres Photographiques in Bamako, Mali with the site-specific installation project À découvert (Exposed) at the Blabla Hippodrome. In 2016, his work is shown in the international exhibition Réenchantements in the 12th Dakar Biennale. In 2017, for the collaborative projet La Cour (The Courtyard), in the frame of the Bamako Biennial for African Photography, he set a photographic installation in the former El Halil cinema in Bamako, Mali, in collaboration with François-Xavier Gbré.
In 2018, the invitation of contemporary art center La Chapelle Saint-Jacques (Saint-Gaudens, France) leads to the solo show L’éclat Fantastique and the artist residency Les Vivants #1 (The Living #1) during which he sets a pluridisciplinary creation workshop: Fantö- matic, le grand atelier (The Great Worskshop). During the collaborative events Ghost Park and Amulettes, he gathers the inhabitants of Saint-Gaudens around the exploration of their territories, their beliefs, the body and the transmission.
Yo-Yo Gonthier’s work is part of several collections such as FRAC – Regional Fund of Ile de la Réunion, France; Bibliothèque Nationale de France, Paris, France; Musée National de la Marine, Paris; France; Seine Saint Denis Departemental fund, France and Centre National de l’Estampe et de l’Art Imprimé, France.